Chilling Adventures of Sabrina : la méchante sorcière noire a encore frappé

Traiter dans une série de thèmes actuels comme la création d’une association féministe ou encore parler de transidentité c’est bien, mais tomber dans les mêmes travers et clichés sur qui doit être la bad witch de l’histoire c’est moins bien.

À croire que faire une bonne série sur la sorcellerie sans diaboliser les femmes noires la pratiquant est mission impossible.

Les séries US ont tendance à projeter une vision eurocentrique de la sorcellerie dans la pop culture : le côté obscur ou démoniaque du culte est toujours réservé aux minorités vaudou , santería & magie noire. Et de n’est guère surprenant quand on voit que cette diabolisation a commencé avec les esclaves à l’époque de la colonisation.

Si vous croyez au pouvoir des représentations alors vous allez cringer devant le personnage de Prudence Night.

Prudence aka la méchante sorcière est la définition même de la sorcière pratiquant la magie noire.

Ce n’est pas comme si on y était pas habitué, la méchante sorcière noire on la retrouve dans : Salem, Vampire Dairies, AHS, et là Sabrina. Comment voulez-vous ne pas voir apparaître une vision binaire (magie noire vs magie blanche) après le traitement de la sorcellerie à la TV couplée à la déshumanisation des sorciers afro descendants pour la foi en leurs traditions ancestrales, qui est pratiqué depuis des années ?

American Horror Story l’avait déjà fait avec une vision assez sombre de Marie Laveaux qui est pourtant une figure emblématique de la Nouvelle Orléans.

Et rebelote avec cette méchante Prudence, impardonnable pour une série qui se veut à la fois inclusive et grand public !

Car tout ce que ça donne à penser c’est que pour inciter la peur ou la curiosité dans l’imaginaire collectif rien ne vaut une bonne dose de la méchante sorcière noire. Sur ce point la TV n’a pas beaucoup changé.

Vous m’appellerez donc quand la sorcière noire ne sera pas là juste pour mettre en avant la gentille sorcière bien aimée blanche.

Publicités

Américan Horror Story et le vaudou

Il semblerait que le vaudou soit devenu tendance en pop culture. Que ce soit en musique, @Helkinn en parlait d’ailleurs récemment (je vous invite à lire son thread sur la question) ou encore au cinéma et le sujet s’invite même dans les séries.

Je regardais dernièrement le clip « Brujas » de @princessnokia… Et je me posais une question… https://t.co/8zRfTsiGqU

— Adama Anotho (@Helkinn) 15 novembre 2016

De Constantine en passant par American Horror Story, depuis deux ans le thème est vu et revu. La série addict que je suis est toujours blasée quand le trio gagnant : massacre de poulet, noir aux yeux terrifiants, pièce sombre fait son apparition. Il faut pas se mentir, on a tous ces exemples en tête, vous pouvez même vous amuser à me citer les références « vaudou chelou »que vous avez déjà vu en commentaire.

Mais ce qui m’intéresse aujourd’hui c’est American Horror Story : Coven parce que j’ai toujours promis sur Twitter de parler de la série sur mon blog. Le vaudou étant le thème central de cette saison 3. Parlons-en !

Tout d’abord l’histoire de la Nouvelle-Orléans et son rattachement au vaudou est bien respecté, on ne peut pas faire ce reproche à Ryan Murphy et Brad Falchuck les créateurs de la série. Quelques uns des mystères de cette ville mythique servent de toile de fond pour le synopsis de la saison 3.

Suffit de lire le pitch : plus de 300 après les procès des sorcières de Salem, des jeunes sorcières sont envoyées dans une école spéciale de La Nouvelle-Orléans où elles apprennent à se défendre. Une saison basée sur des faits réels donc, qui fait appel à des figures historiques de la ville comme la célèbre prêtresse vaudou de la Nouvelle Orléans, Marie Laveau et la meurtrière Delphine Lalaurie joué respectivement par Angela Bassett et Kathy Bates.

Alors qu’est-ce qui va pas avec cette saison 3  ?  Bah sans surprise, le traitement du vaudou bourré de clichés. Déjà  je ne comprend pas l’introduction de Papa Legba qui, est un membre important du panthéon Vaudou dans cette série. Inévitable vous me direz, la série prend beaucoup de libertés avec le vaudou. Et je devance, oui je sais que c’est une série, que c’est de la fiction.

comment_knlgq8kp3om1g5t9hawafc2mow4wfpdy

Dans une scène particulièrement Marie Laveau est réveillé par un Papa Legba aux yeux rouges, la peau sombre couvert de cendres, des ongles longs, un collier d’os d’animaux, et un chapeau haut avec un bandeau orné de crânes. Bref, le genre qui fait peur. Il annonce à Marie Laveau qu’il veut son prix, son sacrifice. Marie se précipite dans la nuit dans un hôpital de maternité, où elle s’empare d’un nouveau-né. Le bébé, une âme innocente est son offrande annuelle nécessaire pour Legba.

PAUSE

Dans le vaudou Papa Legba est le gardien du carrefour qui ouvre la porte entre l’humain et le monde des esprits. Il est généralement représenté comme un vieil homme noir solide et digne de porter un chapeau de paille. Pour l’anecdote une chanson en Haiti s’intéresse à son bon goût en matière de style (assez hilarant). Il est plutôt  comme sur la photo à droite dans mon montage. Le maquillage et les costumes du caractère Papa Legba dans AHS Coven (à gauche) ressemble plus à Baron Samedi, qui gouverne la mort, le cimetière, et le sexe.  capture

 

Dans le vaudou haïtien en tout cas, Papa Legba est surtout un vieux pépé couvert d’un chapeau de paille, fumant la pipe et tenant une canne. Et surtout aucune de ces divinités Vaudou n’aurai jamais besoin du sacrifice d’un bébé. Ce sacrifice de bébé reste du domaine d’un vaudou fantasmé.

Ce qui m’a aussi marqué avec cette saison d’ #AHS c’est qu’on est face à une série traitant de sorcellerie et vaudou ou l’on trouve quand même le moyen de faire passer les sorciers vaudou pour les méchants. On est en plein dans le cliché d’une magie blanche et pure porté par l’école de sorcières vs la face sombre de la sorcellerie : le vaudou.

Je comprends parfaitement le processus créatif et ses libertés, ce que je condamne ici c’est plutôt cette caricature systématique assez présente dans les séries TV sur le vaudou. Une caricature frôlant toujours la négrophobie si on prend en compte que cette religion prend ces sources dans une culture majoritairement noire. Américan Horror Story reste quand même  une très bonne série ce qui renforce mon agacement, je peux rien reprocher d’autre j’ai regardé une partie de la saison American Horror Hostel avec Lady Gaga : j’ai abandonné pour cause de  too much glauquitude. (Ah oui si vous aimez pas le trash, le gore et j’en passe n’y allez-pas).

Pour conclure sur la place du vaudou dans Américan Horror Story :  si les séries peuvent faire appel à des médium en consulting de nos jours, autant faire appel à des vaudouisants pour s’informer quitte à « surfer sur la tendance vaudou ».

tumblr_ndto55SVt01qg5o2oo1_500